L’artisanat de tranchée ou Art du Poilu

C’est lors de la guerre de 1870 qu’apparait cette forme d’art au cœur des tranchées, mais c’est surtout au cours de la Première Guerre mondiale qu’elle se développe d’où sa qualification Art du Poilu.

[IMAGE=eB9za6ce2wTP.jpg]

Qu’est-ce que l’artisanat de tranchée ?

[IMAGE=fp57PVfvxN2L.jpg]

Loin de leurs familles et sans moyens de communiquer avec elles, les soldats s’ennuyaient dans les tranchées en attendant le combat. Disposant d’une quantité de métal importante grâce aux douilles des munitions et au laiton provenant des projectiles, ils ont l’idée de l’utiliser pour fabriquer de petits objets du quotidien. Mais ce n’est pas tout : ils recyclent également le tissu. Car il ne faut pas oublier qu’à l’époque les soldats envoyés en première ligne n’étaient pas pour la plupart d’entre eux des militaires de carrière mais des civils appelés. Parmi eux, on trouvait des artisans habiles de leurs mains tels que des mécaniciens de précision, des graveurs, des cordonniers qui n’avaient certainement pas l’occasion à l’époque de réparer des chaussurres de sécurité de marque Rieker ou encore des orfèvres, capables de réaliser de réelles prouesses avec les matières qu’ils trouvaient dans les tranchées.

[IMAGE=bD2bblfMgvC8.jpg]

Les objets de l’artisanat de tranchée

La liste ne saurait être exhaustive mais il va sans dire que l’artisanat de tranchée a donné naissance à de nombreux objets que l’on peut voir notamment plus de 1 000 pièces au musée du poilu et dans les expositions consacrées à cette forme d’art. Parmi les objets les plus courants, on peut entre autres citer des couteaux, des briquets, des bijoux, des boîtes à bijoux, des porte-plumes, des tabatières mais également des maquettes d’avions, des figurines militaires ou encore des broderies, des objets religieux et des instruments de musique.

Les associations consacrée à l’artisanat de tranchée

Afin de préserver ce précieux témoignage de la Première Guerre mondiale, plusieurs associations ont vu le jour sous l’impulsion de passionnés d’artisanat de tranchée. Par elles, on compte notamment d’association Histoire Collection Passion, HCP, qui fait la promotion de cet art auprès du grand public par le biais d’une présentation de sa vaste collection. Plus d’un millier de pièces uniques sont exposées à Sivignon, en Saône et Loire. Le musée, créé en 2008, est actuellement fermé mais réouvrira ses portes dès le printemps 2020.

C’est en chinant à la fin des années 90 dans les vides-greniers et brocantes de l’Hexagone que le président de l’association Patrice Mazoyer, qui était à la base collectionneur de cartes postales, a commencé à amasser des objets d’artisanat de tranchée. Moins de dix ans plus tard, il commençait à exposer ses trésors. Aujourd’hui sa collection compte plus d’un millier de pièces auxquelles s’ajoutent de nombreux journaux d’époque d’ouvrages historiques et bien évidemment de cartes postales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *